Migration…

Ce blog va continuer à exister mais sur une autre plate-forme (qui accepte des images plus grandes…).

 

Rendez-vous donc ici :

http://timbresetlettres.blogspot.com/

 

Tous les articles publiés ici seront repris intégralement et, au fur et à mesure de mon temps libre, des articles paraîtront.

 

En bref, même auteur, même idée, juste une plateforme différente !

Publié dans : A propos de ce blog | le 28 février, 2007 |Pas de Commentaires »

Nouveaux centres d’intérêt philatéliques

Plus d’un mois et demi qu’aucun article n’est paru…. Je n’ai pas délaissé la philatélie pour autant !!!

Le but de ce blog est de rassembler des articles sur ce que j’aime en philatélie. Et ce que j’aime a un peu évolué….

J’essaie toujours de me constituer une base de connaissances sur ‘Un timbre, Un pays’, mais, depuis deux-trois mois maintenant, d’autres débuts de collections sont venus se greffer aux anciennes.

Deux sujets d’histoire postale tout d’abord (eh oui, tout arrive !) : les oblitérations de Paris, période 1852-1876 (losanges + étoiles), et les oblitérations de Metz, XIXè et XXè Siècles . Et un sujet fiscal ensuite : les connaissements.

Ce blog va donc être l’occasion de parler d’autres pièces, au fur et à mesure de l’élargissement de mes connaissances et de ma collection. 

 

Publié dans : un timbre un pays | le 6 février, 2007 |Pas de Commentaires »

Sedang

Le royaume des Sedangs est un royaume fictif que l’aventurier français Charles-Marie David de Mayréna créa en 1888 dans l’arrière-pays de l’Annam, en Indochine française. Il se proclama Marie Ier, roi des Sedangs.

La France ne reconnut jamais ce royaume qui disparut en 1889 avec la fuite de Mayréna et le début d’une expédition militaire française dans les hauts plateaux d’Annam. Le royaume des Sedangs est donc une micro-nation.

 

Charles-Marie de Mayréna, ancien de l’expédition au Cochinchine (sud de l’actuel Viêt Nam) de 1863-1867, débarque en 1888 à Qui Nhon, au sud de l’Annam. Sa mission est d’explorer les hauts plateaux occidentaux d’Annam, d’y prendre contact avec les missionnaires français et de convaincre les populations de préférer la tutelle française ; le gouvernement français est pressé par l’arrivée de quelques missionnaires allemands.

 

Une fois en contact avec les peuplades locales, dont les Sedangs, Mayréna joue un double-jeu. D’un côté, il convainc ces populations qu’avec ses vingt miliciens de Saïgon (confiés par le résident français à Qui Nhon), une dizaine de mercenaires et son talent de tireur, il est venu les protéger de la colonisation française. D’un autre, il assure les missionnaires et le gouverneur français qu’il fédère sous son autorité les peuplades avant de laisser ce rôle à un protectorat de la France.

 

Rapidement, Mayréna se proclame « roi des Sedangs » sous le nom de Marie Ier. Il crée un blason royal, bat monnaie et émet des timbres (portant la mention « Deh Sedang »). Deux séries de timbres sont émises : une en lithographie en 1888 imprimée à Shanghai et de piètre qualité ; et une en 1889 imprimée à Paris. Le nouveau roi propose à des pays étrangers d’échanger des timbres de son royaume avec ceux de leurs postes. Les diplomates, les administrations postales et les philatélistes européens découvrent le royaume des Sedangs et on s’arrache les timbres.

 

Mais, avant même la décision de la France de reprendre en main l’opération en Annam, Mayréna doit s’enfuir à cause d’une série d’escroqueries et de prêts frauduleux ; il se réfugie près de Singapour et décède l’année suivante en 1890. Le royaume est rapidement oublié.

 

En philatélie, les timbres du royaume des Sedangs sont rarissimes, surtout pour le tirage de 1888, car de nombreux philatélistes se débarrassèrent de leurs acquisitions, une fois le pays fictif disparu. Les exemplaires oblitérés le sont de complaisance, et même certains ont reçu leur cachet à Paris. Il a existé quelques lettres affranchies avec ces timbres et oblitérées d’une croix manuscrite ; elles furent taxées par les postes coloniales françaises en application d’une circulaire de 1888.

 

 

Wikipedia.

Publié dans : Asie, un timbre un pays | le 20 décembre, 2006 |Pas de Commentaires »

Ifni

L‘Ifni était une province espagnole sur la côte ouest de l’Afrique, maintenant partie du Maroc, au sud d’Agadir et à hauteur des îles Canaries. Sa surface est de 1.502 km² et sa population de 51.517 habitants en 1964. Sa principale industrie était la pêche.

Au milieu du XIXè sièce, lors d’une course effrénée à l’Afrique menée par les puissances européennes en vue de coloniser le continent, la France et l’Espagne se sont retrouvés en conflit pour le Maghreb. L’Espagne s’est alors intéressée à une forteresse médiévale perdue pour clamer des droits sur la partie sud du Maroc. Le territoire et sa ville principale, Sidi Ifni, ont alors été cédées par le Maroc le 22 octobre 1859 après une petite guerre. Jusqu’en 1934, il y eut peu de présence espagnole sur le territoire. En 1934, le gouverneur-général du Sahara Espagnol devint alors résident. Pendant la dictature de Franco, la colonie devint une province pour faire stopper les critiques des Nations Unies sur la décolonisation. L’Espagne a retourné l’Ifni au Maroc le 4 janvier 1969.

L’Espagne a commencé à émettre des timbres postaux pour l’Ifni en 1941, au départ en surchargeant des timbres espagnols avec la mention « Territorio de Ifni » puis en émettant des timbres propres à l’Ifni à partir de 1943. Les émissions se sont succédées à un rythme d’environ 10 par an, la dernière le 23 novembre 1968. La plupart sont communément disponibles mais beaucoup semblent inutilisées entraînant des soupçons sur le fait que les timbres étaient destinés aux philatélistes tout d’abord plus qu’aux résidents.

 

Source : wikipedia 

Publié dans : Afrique, un timbre un pays | le 20 décembre, 2006 |Pas de Commentaires »

Marienwerder

Kwidzyn, en allemand Marienwerder, est un chef-lieu de cercle dans la voïvodie de Pomésanie (Pologne). Jusqu’en 1919, c’était la capitale du district de même nom dans la province de Prusse occidentale. Elle est située à 5 km de la Vistule, au bord des rivières Liebe et Nogat et sur la ligne ferroviaire Toruń-Malbork.

 

Entre 1773 et 1818, la ville se trouvait dans la province administrative de Prussie Orientale mais a été transférée en Prussie Occidentale. Selon les statistiques, en 1818, la population était de langue polonaise, à majorité masurienne, mais à cause de la germanisation forcée, les habitants ont été forcés à parler allemand. La germanisation s’est même considérablement accrue à partir de 1871 lorsque Marienwerder a été incluse dans l’Empire Germanique faisant des Polonais une minorité. Aux alentours de 1910, toujours selon des statiques, 35,7 % de la population de la province était polonaise.

 

Après la Première Guerre Mondiale, la majeure partie de la Prusse Occidentale a été intégrée dans la Seconde République Polonaise. Un plébiscite s’est tenu le 11 juillet 1920 pour déterminer si Marienwerder resterait en Allemagne comme partie de la Prusse Orientale ou rejoindrait la Pologne : 92 % ont voté pour la Prusse Orientale, et Marienwerder a été intégré dans le district de Prusse Occidentale au sein de la Prusse Orientale.

 

Dates d’émission des timbres : 1920 seulement

 

(à venir, ci-contre : un timbre de Marienwerder de 1920)

(source : Wikipedia principalement)

Publié dans : Europe, un timbre un pays | le 21 novembre, 2006 |Pas de Commentaires »

STT Vujna

STT Vujna est une inscription surchargeant les timbres de la Yougoslavie (FNR Jugoslavija). Elle désigne le territoire libre de Trieste.

 

Le Territoire libre de Trieste (Territorio Libero di Trieste en italien, Svobodno tržaško ozemlje en slovène et Slobodna Teritorija Trsta en serbo-croate) était un État neutre qui exista de 1947 à 1954. Il était formé de la ville de Trieste, d’une partie de l’Istrie et d’une bande côtière qui le reliait à l’Italie, un territoire de 738 km² hébergeant environ 330 000 habitants.

 

Le 10 février 1947, la signature du traité de paix avec l’Italie établit le Territoire libre de Trieste. Ce territoire était cependant divisé en deux zones : la zone A (222,5 km², dont Trieste, 262 406 habitants) était administrée par les forces américaines et britanniques tandis que la zone B (515,5 km² et 71 000 habitants) l’était par l’armée yougoslave. Le territoire ne fonctionna donc jamais comme un État totalement indépendant, mais son statut fut néammoins respecté et il émit sa propre monnaie et ses timbres.

 

(à venir, ci-contre : un timbre de FNR Jugoslavija surchargé STT Vujna)

(source : Wikipedia)

Publié dans : Europe, un timbre un pays | le 15 novembre, 2006 |Pas de Commentaires »

Tristan da Cunha

Tristan da Cunha est un groupe d’îles dans l’Océan Atlantique, éloignées de 2816 kms d’Afrique du Sud et de 3360 kms d’Amérique du Sud. Il est une dépendance des territoires britanniques d’outre-mer de l’île de Sainte-Hélène qui est à 2161 kms au nord.

 

Le territoire de Tristan da Cunha consiste en l’île principale Tristan da Cunha (98 km²) et de plusieurs îles inhabitées, l’île Inaccessible et les îles Nightingale. L’île Gough, située à 395 kms au sud-est de l’île principale fait également partie du territoire.

 

En 1815, le Royaume-Uni a annexé formellement ces îles et les a gouvernées de la Colonie du Cap en Afrique du Sud pour s’assurer que les Français ne seraient pas capables de les utiliser comme une base pour une opération de sauvetage de Napoléon Bonaparte alors en prison à Sainte-Hélène.
Le 12 janvier 1938, par lettres de patente, les îles ont été déclarées dépendance de Sainte-Hélène.
En 1961, une éruption volcanique a forcé l’évacuation de toute la population vers le Royaume-Uni. Ils ont pu y retourner en 1963. En 2005, les Postes britanniques ont attibué un code postal britannique à l’île pour faciliter les commandes en ligne effectuées par les résidents.

 

(à venir, ci-contre : un scan du timbre émis pour le couronnement de la reine Elizabeth II en juin 1953)

(source : Wikipedia)

Publié dans : Afrique, Amériques, un timbre un pays | le 15 novembre, 2006 |Pas de Commentaires »

Lundy

Lundy est une île dans le canal de Bristol au Royaume-Uni, administrée comme partie du comté de Torridge dans le comté anglais du Devon. Elle est longue de 4,5 kms du nord au sud et large de 1 km, ce qui donne une surface de 4,24 km² et en fait la plus large des îles du canal de Bristol. Sa population est d’environ… 18 personnes.

 

Dû à un déclin de la population et à un manque d’intérêt dans l’envoi postal, les Postes britanniques se sont retirées de l’île à la fin de 1927. Le « roi » Harman s’est alors chargé du courrier en provenance de et à destination de l’île gratuitement pendant deux ans. Le 1er novembre 1929, il a décidé delimiter les dépenses en émettant une série de timbres postaux privés avec une monnaie exprimée en Puffins. L’impression des timbres en Puffin continue encore maintenant. Ils doivent être apposés sur le dos de l’enveloppe et un timbre-poste anglais doit être apposé sur le devant pour l’acheminement sur le continent.

 

Les Puffins sont connus des philatélistes sous le nom de timbres locaux.

(à venir, ci contre : un timbre de poste aérienne de 1954)

(source : Wikipedia)

Publié dans : Europe, un timbre un pays | le 15 novembre, 2006 |Pas de Commentaires »

Mohéli

Mohéli, (Mwali en Shikomori) est l’une des trois îles qui composent l’Union des Comores. Mohéli est située dans l’archipel des Comores qui se situe lui-même dans l’Océan Indien au large des côtes africaines. C’est la plus petite et la plus sauvage des trois îles de l’archipel des Comores.

 

En 1830, des migrants de Madagascar, conduits par Ramanetaka, qui plus tard changea son nom en Abderemane, prirent l’île et établirent le sultanat de Mohéli. En 1841, un roi malgache, Adrian Souli, chassé de Madagascar et proclamé sultan de Mayotte, vend Mayotte à la France, afin de consolider son fragile pouvoir. Mayotte devient donc une colonie française, mais la France n’a pas alors de stratégie de conquête du reste de l’archipel. Le 26 avril 1886, la France y établit un protectorat. En 1909, suite à une rocambolesque histoire d’amour, la France annexe l’ile et supprime le sultanat en 1912.

 

Mohéli, comme les autres îles de l’archipel, est rattachée administrativement à Madagascar en 1911 et devient colonie en 1912.

Timbres émis :
- en 1906-1907
- en 1912

(à venir : photo d’un timbre émis en 1912)

(sources : moheli.comores, wikipedia et catalogue Dallay)

Publié dans : Afrique, un timbre un pays | le 14 novembre, 2006 |Pas de Commentaires »

Memel

La région de Klaipeda (en allemand : Memelland ou Memelgebiet, en français : territoire de Memel) était historiquement un territoire faisant partie de la Prussie de l’Est et de l’empire allemand. Sa plus grande ville était Klapieda (en allemand : Memel ou Memelburg). En 1920, selon le traité de Versailles, Memel est passé sous mandat international dont l’administration est confiée à la France.


En 1923, la Lituanie prend possession du territoire de Memel jusqu’en 1939, date à laquelle il a été annexé par l’Allemagne nazie.


Après la seconde guerre mondiale, le territoire redevient une partie de l’état de Lituanie (elle-même partie de l’URSS) et est aujourd’hui partie de la République de Lituanie, contenue dans les comtés de Klaipeda et Taurage qui ont une frontière commune avec le district de Kaliningrad (partie de la Russie) au sud.


(source : Wikipedia)


Timbres émis :

 

1920-1923 : timbres français Semeuse et Merson avec la mention République Française barrée et surchargés de « Memel x pfennig or marks ».

 

(à venir un timbre de Memel de cette période)


to be completed…


Publié dans : Europe, un timbre un pays | le 14 novembre, 2006 |2 Commentaires »
12

السع... |
RoNi78 |
OLIVIER.RAGOT |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | espoir
| Association des anciens Lau...
| Les mots messagers de l'âme